"J'ai une histoire. Pourquoi en faire une maladie?"Aujourd'hui plus que jamais, il nous semble impératif de réfléchir aux causes sociales de notre souffrance mentale. de penser l'impact de nos conditions de vie sur nos équilibres mentaux. Si les causes de nos troubles mentaux proviennent de nos conditions de vie, alors pourquoi donc y répondre comme si c'était une maladie?


Une personne qui traverse un épisode douloureux de santé mentale a souvent une histoire à raconter, une histoire qui a peu ou pas à voir avec un débalancement chimique du cerveau. Contrairement au discours biomédical dominant, qui voudrait voir dans le trouble de santé mentale un simple accident de parcours chimique pour notre cerveau, on constate que les personnes ont bien souvent un vécu qui explique les troubles vécus. La parole permet de comprendre la trajectoire complexe des personnes, qui bien souvent développent un trouble perçu comme "anormal" alors que l'anormal est dans la situation qu'ils traversent ou ont traverser. 

Ainsi, de parler de "maladie du cerveau" est une vision bien réductrice de la santé mentale, alors que de nombreux experts de la santé mentale érigent leur voix ici et là pour invoquer le caractère social de nombreuses souffrances. Si les causes sont notamment sociales, le "remède" doit alors prendre en cause les racines. Abus dans l'enfance, violence, pauvreté, stress économique, harcèlement... tant de situations intenables qui peuvent mener à une dégringolade

Expliquer les problèmes de santé mentale 

De nombreuses hypothèses se confrontent lorsque vient le temps d'expliquer les causes des problèmes de santé mentale. En guise d'exemple, comment expliquer la hausse fulgurante de la dépression dans nos sociétés occidentales ? 

  • L'hypothèse biomédicale: face à la dépression, l'hypothèse biomédicale expliquera que les personnes souffrent, de plus en plus, d'un déficit de sérotonine qui entraîne les symptômes dépressifs. Face à ce supposé déficit, la médecine propose un traitement à base de psychotropes censés rééquilibrer cet état entraînant la souffrance. Ce cadrage pour répondre aux problèmes de santé mentale est aggravé par la puissance de l'industrie pharmaceutique qui encourage ce mouvement de diagnostic à tout vent. Pour en savoir plus, vous pouvez écouter cet extrait d'émission d'ICI Radio-Canada ou encore, cet extrait de David Cohen sur le pouvoir des pharmaceutiques. De plus, le manque de services psychologiques de soutien et d'écoute dans le réseau public vient accélérer d'autant plus ce mouvement vers le recours rapide à la médication. À ce sujet, lire cet article de La Presse

Du point de vue de l'Alternative, la «maladie mentale» n'aurait pas de fondement scientifique. À ce propos, consultez:

  • «Et si la maladie mentale n'existait pas?» par Isabelle Mimeault Partie 1 et Partie 2
  •  Remettre en question la notion de «maladie mentale» de David Cohen (vidéo)

 

  • L'hypothèse psychosociale,  qui est celle qui est privilégiée par l'Alternative, viendra plutôt considérer les facteurs en lien avec le vécu de la personne. A-t-elle vécu des traumatismes? Se retrouve-t-elle dans une situation intenable? Est-elle aux prises avec des attentes insurmontables? Compose-t-elle avec des conditions de vie difficiles (pauvreté, stress au travail, discriminations diverses, violences)? Ainsi, l'approche psychosociale s'intéressera au vécu de la personne afin de mieux comprendre son cheminement et sa souffrance, et d'agir sur ces causes multiples, qu'elles soient des situations aliénantes, une pression à la performance, de l'isolement, de la violence subie, etc. À ce sujet, lire cet article sur l'analyse du sociologue Marcelo Otero, qui s'intéresse ici au phénomène de la dépression. 

Les tenants de l'Alternative en santé mentale considèrent qu'il se peut que les souffrances mentales aient des échos sur le corps, notamment le cerveau. Mais ce n'est pas parce que le corps est atteint qu'il en est nécessairement la cause, ni le lieu privilégié de la guérison! L'Alternative accueille la personne souffrante dans sa totalité, avec son histoire, son parcours et ses défis, et cherche à identifier avec elle des façons d'atteindre une vie pleine et émancipée. 

Comprendre les causes de la souffrance et agir sur elles

La santé mentale est déterminée par une quantité d'éléments qui caractérisent le vécu de chaque personne. Ces «circonstances dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent ainsi que les systèmes mis en place pour faire face à la maladie» sont appelés déterminants sociaux de la santé (OMS).

Pour en savoir plus sur les déterminants sociaux de la santé. 

Un rapporteur spécial de l'ONU rappelle le droit qu'a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible. 

 

Le rapport final de la Commission (de l'OMS), rendu public en août 2008, formule trois recommandations fondamentales:

1. Améliorer les conditions de vie quotidiennes
2. Lutter contre les inégalités dans la répartition du pouvoir, de l’argent et des ressources
3. Mesurer et analyser le problème et évaluer l’efficacité de l’action menée

(Organisation mondiale de la santé, http://www.who.int/social_determinants/fr/)

Nos gouvernements ont un rôle à jouer pour améliorer la santé mentale et physique des citoyen·ne·s. Sachant que nos conditions de vie ont une incidence sur la santé mentale, il importe que les gouvernements agissent sur ces conditions, en prévention et en mode curatif, afin d'améliorer et de préserver la santé mentale de la population. 

Et nous avons le pouvoir de vaincre la pauvreté au Québec.